Syrphe, CDRK, Kirdec

You have been developing for a few years a vast and ambitious project: to collect and make known the work of artists of the non-western noise / industrial / ambient scene (Asia / Africa / South America). What convictions drive you in such an enterprise? 

I want to fight the fairly widespread claim that the West invented everything, after having been inspired by the rest of the world, even having plundered it. I want to solve the lack of connections between artists from certain regions. The occultation is almost total about these regional scenes except for a few countries, Israel, Japan, Mexico, Brazil and slowly but surely China. Ultimately, the world always seems to revolve around Western Europe, North America and Japan. Some scenes spill over into other regions a bit, like Russia, but nothing more. I think it’s time to kick the anthill. At one time, many people supported me that nothing was happening in these countries, especially in Africa and Asia, countries in which they had never been! I was tired of hearing those comments. I had already played a bit in Turkey and Thailand. For independent reasons, I went to shoot for six months in the Far East. I met actors from the scene and started to learn about the historical local underground, also approaching the punk, metal, goth, oï movements… My travels then became more frequent. They have included other destinations such as the Middle East or Morocco. At this stage, I discovered compositions much older than what is claimed. In Egypt in 1944, in Israel, Iran, Turkey and Indonesia in the 60s, also in Kazakhstan in 1980, in China in 1984 and so on …

Many Westerners then strive to say that the artists of these countries have copied us. In my opinion, this is not necessarily the case and that would amount to claiming that music like noise or electronics are purely Western inventions, limited by borders. In the age of globalization! It does not mean anything ! First of all, if we look closely at the history of contemporary classical music, jazz, psyche, funk, it is obvious that these musics have been influenced by African and oriental musics and everyone seems find that “normal”; but when an Iranian or Botswanan band plays death metal or a Chinese breakcore, he is accused of copying the West without any inspiration. Some people expect to hear a local “touch”… Should Scottish noise include a bagpipe…? No. Not necessarily. So why should Chinese noise have classical Chinese elements at all costs? I find this way of thinking vulgar and reductive. And even though artists from these countries would be violently inspired by Western culture, it must be understood that in many of these regions, for many reasons, these musical forms have been difficult to access for a long time (cultural limitations, economic, political or religious). The globalization of trade, tourism, the opening of borders and especially the internet have changed the situation. Suddenly, a tremendous stream of music has reached the almost sterile ears of a large number of listeners. Can we not give them time to reflect and reappropriate these genres from elsewhere?

Apart from the compilations already published (Beyond Ignorance & Borders and Pangea Noise), what other form of publication can such a project take?

On the one hand, I am working on a book retracing the history, constructing a socio-cultural analysis and listing all the experimental and electronic music in Africa, the Middle East and Asia from 1944 to the present day. 1944 because it is the most distant date to which we can go back: it corresponds to the work of Halim El-Dabh in Cairo, who composed, that year, a concrete piece of music. This long before Pierre Schaeffer. On the other hand, I occasionally play artists from these parts of the world in the West or I redirect them to organizations able to help them. I would like to organize a festival one day. It would be a wonderful outcome. But for that, I have to think, travel less, stabilize myself. Making a video documentary would be great too. Unfortunately, I do not have the means immediately. There are, however. Jean-François Pauvros has already produced one on the Hanoi stage and Alexander Hacke on the Istanbul stage. Admittedly, Hacke’s documentary has a more general perspective because it really encompasses all styles. However, they are examples of the same desire: to bring to light an ignored cultural explosion. At last ! 

What about the work undertaken on the origins and current representatives of the experimental scene in so-called “southern” countries? 

This is progressing a lot thanks to the last interviews carried out on site or via the net but also thanks to discussion forums. A lot of exchanges of points of view and some references around Africa, including the fabulous work of Alessandro Bosetti (African Feedback) and then many contacts and references in Indonesia which has been a culturally hyper active place for a very long time. still struggling to move forward, such as Palestine, Armenia, Philippines. I get a lot of help and encouragement, many people send me information or answer my questions. I created a few discussion groups on certain communities in the hope that more exchanges will take place, both regarding my work and regarding this scene in general. Once again I would love to see her come out of the shadows I have again bought or received many records from artists from Indonesia, Malaysia, Israel, Lebanon and, surreal as it sounds, from Afghanistan. It goes in all directions, from electronic rock to electroacoustic music through noise. In short, only positive. I write a lot and will in December upload a database of references to my site, including the names of artists, groups, places, magazines, events in Africa and Asia. This will be a taste of the book to be published next year.

Concretely, what are your future achievements?

Regarding Syrphe, first of all a mini CD by Kirdec, a new compilation featuring one or two pieces by Asian artists. Only women, currently from Malaysia, South Korea, Japan, China, Taiwan. I hope for more. The forms that emerge are quite minimal, sometimes very abstract. I want to show once again that not only are original things happening in these countries but that in addition women also have their place in contemporary music in Asia. A DVD collaboration of Črno klank with several videographers and musicians from the international scene is in preparation. If all goes according to plan, it will bring together artists from Belgium, USA, Serbia, China, more if possible. The other planned outings are still quite vague or lagging behind.

http://syrphe.com/


Tu développes depuis quelques années un vaste et ambitieux projet : collecter et faire connaître le travail d’artistes de la scène noise/industrielle/ambient non occidentale (Asie/Afrique/Amérique du Sud). Quelles convictions t’animent dans une telle entreprise ?

Je souhaite combattre la prétention assez répandue que l’Occident a tout inventé, après avoir été inspiré par le reste du monde, voire l’avoir pillé. Je souhaite solutionner le manque de connexions entre artistes de certaines régions. L’occultation est quasi totale à propos de ces scènes régionales mises à part pour quelques pays, Israël, le Japon, le Mexique, le Brésil et lentement mais sûrement la Chine. En définitive, le monde a toujours l’air de tourner autour de l’Europe de l’Ouest, de l’Amérique du Nord et du Japon. Certaines scènes débordent un peu sur d’autres régions, comme la Russie, mais sans plus. Je pense qu’il est temps de donner un coup de pied dans la fourmilière. A une époque, bon nombre de personnes me soutenaient qu’il ne se passait rien dans ces pays, surtout en Afrique et en Asie, pays dans lesquels ils ne s’étaient jamais rendus ! J’en avais assez d’entendre ces commentaires. J’avais déjà un peu joué en Turquie et en Thaïlande. Pour des raisons indépendantes, je suis parti tourner six mois en Extrême-Orient. J’ai rencontré des acteurs de la scène et ai commencé à me renseigner sur l’historique underground local, en abordant également les mouvements punk, métal, goth, oï… Mes voyages se sont alors faits plus fréquents. Ils ont inclus d’autres destinations telles que le Moyen-Orient ou le Maroc. A ce stade, j’ai découvert des compositions bien plus anciennes que ce que l’on prétend. En Égypte en 1944, en Israël, Iran, Turquie et Indonésie dans les années 60, également, au Kazakhstan en 1980, en Chine dès 1984 et ainsi de suite…

Bon nombre d’occidentaux s’évertuent alors à dire que les artistes de ces pays nous ont copiés. A mon avis, cela n’est pas nécessairement le cas et cela reviendrait à prétendre que les musiques comme le noise ou l’électronique sont des inventions purement occidentales, limitées par des frontières. A l’heure de la mondialisation ! Cela n’a aucun sens ! Tout d’abord, si l’on regarde de près l’histoire de la musique classique contemporaine, du jazz, du psyché, du funk, il est évident que ces musiques ont été influencées par des musiques africaines et orientales et tout le monde semble trouver cela « normal » ; mais lorsque qu’un groupe iranien ou botswanais joue du death metal ou un chinois du breakcore, on lui reproche de copier l’Occident sans inspirations aucune. Certaines personnes s’attendent à entendre une « touche » locale… Est-ce que le noise écossais devrait inclure une cornemuse… ? Non. Pas nécessairement. Alors pourquoi le noise chinois devrait-il comporter des éléments classiques chinois à tout prix ? Je trouve ce mode de pensée vulgaire et réducteur. Et quand bien même des artistes issus de ces pays s’inspireraient violemment de la culture occidentale, il faut comprendre que dans bon nombres de ces régions, pour de multiples raisons, ces formes musicales ont été difficiles d’accès pendant longtemps (limitations culturelles, économiques, politiques ou religieuses). La globalisation des échanges, le tourisme, l’ouverture de frontières et surtout internet ont changé la donne. Soudainement, un flot énorme de musique est parvenu aux oreilles presque stériles d’un grand nombre d’auditeurs/auditrices. Ne peut-on pas leur accorder un temps de réflexion et de réappropriation de ces genres venus d’ailleurs ?

Hormis les compilations déjà parues (Beyond Ignorance & Borders et Pangaea Noise), quelle autre forme de publication un tel projet peut-il prendre ?

D’une part, je travaille sur un livre retraçant l’historique, construisant une analyse socioculturelle et recensant l’ensemble des musiques expérimentales et électroniques en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie de 1944 à nos jours. 1944 car c’est la date la plus lointaine à laquelle nous puissions remonter : elle correspond au travail d’Halim El-Dabh au Caire, lequel composa, cette année-là, une pièce de musique concrète. Ceci bien avant Pierre Schaeffer. D’autre part je fais jouer occasionnellement des artistes de ces régions du monde en Occident ou bien je les redirige vers des organismes aptes à les aider. J’aimerais un jour monter un festival. Ce serait un merveilleux aboutissement. Mais pour cela, je dois réfléchir, moins voyager, me stabiliser. Réaliser un documentaire vidéo serait formidable également. Malheureusement, je n’en ai pas les moyens dans l’immédiat. Il en existe cependant. Jean-François Pauvros en a déjà réalisé une sur la scène de Hanoi et Alexander Hacke sur celle d’Istanbul. Certes, le documentaire de Hacke à une perspective plus généraliste car il englobe vraiment tous les styles. Toutefois, ils sont exemplaires d’une même volonté : mettre en lumière une explosion culturelle ignorée. Enfin !

Qu’en est-il du travail entrepris au sujet des origines et des représentants actuels de la scène expérimentale dans les pays dits du “Sud”?

Cela avance beaucoup grâce aux dernières interviews réalisées sur place ou via le net mais aussi grâce à des forums de discussion. Pas mal de d’échanges de points de vue et quelques références autour de l’Afrique, dont le fabuleux travail d’Alessandro Bosetti (African Feedback) et puis de nombreux contacts et références en Indonésie qui est depuis très longtemps un endroit culturellement hyper actif.J’ai également tout doucement dégoté des contacts de compositeurs issus de pays pour lesquels j’avais encore du mal à avancer, tels la Palestine, l’Arménie, les Philippines.Je reçois beaucoup d’aide et d’encouragement, de nombreuses personnes m’envoient des informations ou répondent à mes questions. J’ai créé quelques groupes de discussion sur certaines communautés en espérant que plus d’échanges se fassent, tant en ce qui concerne mon travail qu’en ce qui concerne cette scène de manière générale. Une fois de plus j’aimerais la voir sortir de l’ombre.J’ai de nouveau acheté ou reçu de nombreux disques d’artistes d’Indonésie, de Malaisie, d’Israël, du Liban et, aussi surréaliste que cela puisse paraître, d’Afghanistan. Cela part dans tous les sens, du rock électronique à la musique électroacoustique en passant par le noise.Bref, que du positif. J’écris beaucoup et vais en ce mois de décembre uploader une base de références sur mon site, reprenant des noms d’artistes, groupes, lieux, magazines, évènements en Afrique et en Asie. Cela sera un avant-goût du livre à paraître l’année prochaine.

Concrètement, quelles sont tes réalisations à venir ?

En ce qui concerne Syrphe, tout d’abord un mini CD de Kirdec, une nouvelle compilation reprenant un à deux morceaux d’artistes asiatiques. Uniquement des femmes, actuellement de Malaisie, Corée du Sud, Japon, Chine, Taïwan. J’en espère plus. Les formes qui s’en dégagent sont assez minimales, parfois très abstraites. Je veux montrer une fois de plus que non seulement ils se passent des choses originales dans ces pays mais qu’en plus des femmes ont leur place également dans la musique contemporaine en Asie. Un DVD collaboration de Črno klank avec plusieurs vidéastes et musicien(ne)s de la scène internationale est en préparation. Si tout se passe comme prévu, il réunira des artistes de Belgique, des États-Unis, de Serbie, de Chine, plus si possible. Les autres sorties prévues sont encore assez vagues ou à la traîne, j’aime autant ne pas trop en parler.

http://syrphe.com/

Posts created 45

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top