Elysian Fields, Oren Bloedow and Jennifer Charles

In a mid-90s interview for Les Inrockuptibles, Jennifer described herself as very sexual. Sexuality played a very important role in the image and the words, perhaps even more than today. I’m not saying that this dimension has necessarily disappeared from your work – fortunately, no – it is perhaps less explicit there, and perhaps also shifted towards the question of desire. Was there in you the will to shake up a certain vision of sexuality, a reaction to a certain puritanism, which is not only the prerogative of America? 

Elysian Fields Ball Drive

JC – I don’t think of my work in terms of a reaction against something else… like Puritanism. No. It’s just the way I behave at different times. I have – to use your words, they’re not mine (smile) – all these different characters in me. I don’t make them. This is how I feel. I also don’t care how I might or might not get attention. In fact, I feel like I have always been vulnerable, sincere and direct. 

OB – It’s as if you were asking Sapho to explain to you that she owed the passion and the freedom of her poetry to the excessive prudence of Greek society at that time, which she probably thought… Jennifer belongs to the community of Sapho. She does not belong to that large segment of the population that we call the “know-nothing americans”. She’s not the type to wake up in the morning like Marilyn Manson wondering what the American middle class is thinking. 

JC – I would give you two names of actresses – one dead and the other alive – who have the qualities that I strive to have in my work. They are Anna Magnani and Isabelle Huppert. They are brilliant, strong, daring, fiercely sensual and at the same time of the most human tenderness and vulnerability. 2007 saw you offer a sequel to the beautiful project La Mar Enfortuna, initially devoted to romances and songs written in Ladino in the Spain of the Almohads and the Nasrids, between the 11th and 15th centuries. How did you come into contact with this repertoire of Sephardic songs and then more broadly with this Mediterranean area? Indeed, the project seems to have quickly exceeded its initial geographical limits. Some songs from Convivencia, this last album, have very diverse origins: Thessaloniki (“Dhem me tombaris”), Turkey (“Aman Minush”), Morocco (“Ya kalbi Khallil Al Hal”) and Jennifer sings there in Spanish (on the beautiful adaptation of a poem by Lorca), in Greek, Arabic, and Hebrew. 

Elysian Fields Ghost of No

OB – I had the chance to follow a university training that is unique in the world called “Third Stream”. In fact, a lot of great musicians associated with the Knitting Factory scene come out of there. When you study at “Third Stream”, you have to take courses devoted to world music. They had put on the program some Sephardic romances taken from the repertoire of Victoria de Los Angeles who is a Spanish lyric singer, one of those magnificent and extremely important voices, a bit like Maria Callas. She recorded a few songs on a disc dedicated to the composer Manuel de Falla who was a close friend of Garcia Lorca. Besides, it was an incredible experience for me to find myself playing at the Huerta de San Vicente [Lorca’s house where Oren and Jennifer performed in 2006] in Granada. We played on Manuel de Falla’s piano… or the one in Lorca on which de Falla was composing… I don’t remember… but for me it was like a way of closing the loop because I had started with Victoria from Los Angeles. and I found myself there as at home. John Zorn introduced us to a song like “Lamma bada” long before we realized it was one of the most famous songs in the Arab world. Do you know that each Arabic speaking country has its own version? Otherwise, we all went to Andalusia. Jennifer and I traveled to Turkey where we did everything we could to discover new songs. We are always looking for good recordings that come from this part of the world. Jennifer also worked at the World Music Institute in New York. Finally, we do not miss an opportunity to go get CDs at the Institut du Monde Arabe in Paris. But our areas of interest are not limited to this geographic and musical area. 

JC – I feel close to many cultures. The study of cultures, of their evolution is something that I find absolutely fascinating. I also think I’m good enough at pinpointing songs that go well with my voice and that I could add something to as well… which is important when you decide to cover a song. You can’t just be a parrot (laughs). On the first disc of La Mar Enfortuna, you had a very aesthetic approach to this repertoire, as if you were looking at this Spain or this Mediterranean area of ​​the 12th century from a point of view that was indeed that of Elysian Fields. I am thinking of a track like “Salomé”, which you wrote for the record and which seemed straight out of the recording sessions of Queen of The Meadow, or even that almost sadomasochistic rereading of a romance like “La Rosa Enfloresce ”, with her cold metallic bass, its pounding and cries in the distance. From this point of view, what you proposed as an approach for this repertoire is very different from what someone like Natacha Atlas can do, when she also covers “Lamma Bada” on her last album (Ana Hina). 

OB – Exactly, it was the same studio, the same musicians as on Queen of the Meadow. We wanted to approach this repertoire like Elysian Fields. 

JC – We know Natacha Atlas, we even shared the poster for a World festival in Chicago with her and we both had to play “Lamma Bada”. 

OB – Natacha Atlas is a wonderful singer, who has an absolutely perfect voice for this repertoire of Arabic music. And I would like to be able to do what she does, or play like her musicians. But we simply cannot. With Convivencia your music also seems to have become more porous to these multiple influences, and seems to have brought you to new territories (dub, electro, flamenco). 

OB – There is an important thing which changes the situation a bit for Convivencia, it is that we now have in the group an oud player who was born in Morocco and who is called Brahim Frigbane. He’s the one who sings with Jennifer on “Ya Kalbi Al Halal”. The singer you hear on “La Puerta del Rio”, Liaqat Kahn, is Pakistani. Another guest on this album is an incredible flamenco and gypsy jazz guitarist called Chuscales. Having such people with you invites you to change your approach. Why did you try to distinguish between the two projects from the start? 

OB – Oh, there is nothing surprising about that. We all know someone who runs a restaurant, a kind of bistro, and then who, one day, opens in the next room an oriental restaurant that makes couscous, the same people and the dishes come from the same kitchen (laughs). 

Elysian Fields Dreams That Breathe Your Name

JC- From our point of view, there is no difference between the two, it’s us. There is nothing complicated. It’s just that sometimes people have very specific ideas about what Elysian Fields should be or who I am. Giving a new project its own name allows you to take greater freedom (mischievous smile). With Convivencia, La Mar enfortuna music also seems to take on a political dimension, not because you would explicitly take a position in some of your songs for a particular cause, but for the quality of the music itself. This record by its very existence is a little proof that there is no “clash of civilizations” to use the unfortunate expression of Samuel Huntington …

OB – Yes, Convivencia is very clearly a political manifesto against the Bush’s comment on the “crusades” we abhorred. But I always tried to be very clear that the Spain of the Almohads and the Nasrids was not a perfect society. Our idea was not to say that we must consider this society as a model to which we should return, but rather to celebrate in this society, tolerant if we compare it to others, these common cultural heritages that we had finished. by forgetting, and perhaps using it as a guiding idea to think about this future society more tolerant, and even more conducive to the development of science and art, to which we aspire deeply …

Thank you Jennifer and thank you Oren for giving us some of your time for this interview. 

JC – But it was a pleasure. 

Warm thanks to Guillaume (Vicious Circle) and Cathi (Abus Dangereux).


Dans une interview du milieu des années 90 pour Les Inrockuptibles, Jennifer se décrivait comme quelqu’un de très sexuel. La sexualité jouait un rôle très important dans l’image et les paroles, peut-être même plus qu’aujourd’hui. Je ne dis pas que cette dimension a nécessairement disparu de votre travail – fort heureusement, non – elle y est peut-être moins explicite, et déplacé peut-être aussi vers la question du désir. Y avait-il chez vous la volonté de bousculer une certaine vision de la sexualité, une réaction à un certain puritanisme, qui n’est pas que l’apanage de l’Amérique d’ailleurs ?

JC – Je ne pense pas mon travail en terme de réaction contre quelque chose d’autre… comme le puritanisme. Non. C’est juste la manière dont je me comporte à différents moments. J’ai – pour reprendre tes mots, ce ne sont pas les miens (sourire) – tous ces différents personnages en moi. Je ne les fabrique pas. C’est ainsi que je ressens les choses. Je ne me soucie pas non plus de la manière dont je pourrais ou non susciter l’attention. En fait, j’ai l’impression d’avoir toujours été vulnérable, sincère et directe.

OB – C’est comme si tu demandais à Sapho de t’expliquer qu’elle devait la passion et la liberté de sa poésie à la trop grande pruderie de la société grecque à cette époque, ce qu’elle pensait probablement… Jennifer appartient à la communauté de Sapho. Elle n’appartient pas à cette grande frange de la population que nous appelons les « know-nothing americans ». Elle n’est pas du genre à se lever le matin comme Marilyn Manson en se demandant ce que peut bien penser la classe moyenne américaine.

JC – Je te donnerais deux noms d’actrices – l’une morte et l’autre vivante – qui possèdent les qualités que je m’efforce d’avoir dans mon travail. Ce sont Anna Magnani et Isabelle Huppert. Elles sont brillantes, fortes, audacieuses, férocement sensuelles et en même temps d’une tendresse et d’une vulnérabilité des plus humaines qui soient. 2007 vous voyait offrir une suite au très beau projet La Mar Enfortuna, consacré initialement aux romances et chansons écrites en Ladino dans l’Espagne des Almohades et des Nasrides, entre le XIè et le XVè siècle. Comment avez-vous été mis en contact avec ce répertoire de chansons sépharades et puis plus largement avec cette aire méditerranéenne ? En effet, le projet semble avoir dépassé rapidement ses limites géographiques initiales. Certaines chansons de Convivencia, ce dernier album, ont des origines très diverses : Thessalonique (« Dhem me tombaris »), Turquie (« Aman Minush »), Maroc (« Ya kalbi Khallil Al Hal ») et Jennifer y chante en espagnol (sur la très belle adaptation d’un poème de Lorca), en grec, en arabe, et en hébreu.

OB – J’ai eu la chance de suivre une formation universitaire unique dans le monde qui s’appelle « Third Stream ». En fait, beaucoup d’excellents musiciens associés à la scène de la Knitting Factory sortent de là. Quand tu fais des études à « Third Stream », tu dois suivre des cours consacrés aux musiques du monde. Ils avaient mis au programme quelques romances séfarades extraites du répertoire de Victoria de Los Angeles qui est une chanteuse lyrique espagnole, l’une de ces voix magnifiques et extrêmement importantes, un peu comme Maria Callas. Elle a enregistré quelques chansons sur un disque consacré au compositeur Manuel de Falla qui était un ami proche de Garcia Lorca. D’ailleurs, ça a été pour moi une expérience incroyable que de me retrouver à jouer à la Huerta de San Vicente [maison de Lorca dans laquelle Oren et Jennifer se sont produits en 2006] à Grenade. Nous avons joué sur le piano de Manuel de Falla… ou celui de Lorca sur lequel de Falla composait… je ne sais plus… mais c’était pour moi comme une manière de boucler la boucle parce que j’avais commencé avec Victoria de Los Angeles et je me retrouvais là comme à la maison. John Zorn nous a fait découvrir une chanson comme « Lamma bada » bien avant que nous ne nous rendions compte que c’était une des chansons les plus connues du monde arabe. Tu sais que chaque pays arabophone a sa propre version ? Sinon, nous sommes tous allés en Andalousie. Jennifer et moi avons voyagé en Turquie où nous avons fait tout notre possible pour découvrir de nouvelles chansons. Nous sommes toujours à la recherche de bons enregistrements qui proviennent de cette partie du monde. Jennifer a aussi travaillé au World Music Institute à New York. Enfin, nous ne perdons pas une occasion d’aller nous procurer des cds à l’Institut du Monde Arabe à Paris. Mais nos centres d’intérêt ne se limitent pas à cette aire géographique et musicale.

JC – Je me sens proche de beaucoup de cultures. L’étude des cultures, de leur évolution est quelque chose que je trouve absolument fascinant. Je crois aussi que je suis assez bonne pour mettre le doigt sur des chansons qui vont bien avec ma voix et auxquelles je pourrais aussi apporter quelque chose… ce qui est important lorsque tu décides de reprendre un morceau. On ne peut pas se contenter d’être un perroquet (rires). Vous aviez sur le premier disque de La Mar Enfortuna, une approche très esthétisante de ce répertoire, comme si vous regardiez cette Espagne ou cette aire méditerranéenne du XIIè siècle avec un point de vue qui était effectivement celui d’Elysian Fields. Je pense à un titre comme « Salomé », que vous avez écrit pour le disque et qui semblait tout droit sorti des sessions d’enregistrement de Queen of The meadow, ou encore à cette relecture presque sado-masochiste d’une romance comme « La Rosa Enfloresce », avec sa basse métallique et froide, ses martèlements et ses cris au loin. De ce point de vue, ce que vous proposiez comme approche pour ce répertoire est très différent de ce que peut faire quelqu’un comme Natacha Atlas, lorsqu’elle reprend, elle aussi « Lamma Bada » sur son dernier album (Ana Hina).

OB – Exactement, c’était le même studio, les mêmes musiciens que sur Queen of the Meadow. Nous voulions aborder ce répertoire à la manière d’Elysian Fields.

JC – Nous connaissons Natacha Atlas, nous avons même partagé l’affiche d’un festival World à Chicago avec elle et nous devions tous les deux jouer « Lamma Bada ».

OB – Natacha Atlas est une merveilleuse chanteuse, qui a une voix absolument parfaite pour ce répertoire de musique arabe. Et j’aimerais être capable de faire ce qu’elle fait, ou de jouer comme ses musiciens. Mais nous en sommes tout simplement incapables. Avec Convivencia votre musique semble aussi être devenue plus poreuse à ces multiples influences, et semble vous avoir amené sur de nouveaux territoires (dub, électro, flamenco).

OB – Il y a une chose importante et qui change un peu la donne pour Convivencia, c’est que nous avons maintenant dans le groupe un joueur de oud qui est né au Maroc et qui s’appelle Brahim Frigbane. C’est lui qui chante avec Jennifer sur « Ya Kalbi Al Halal ». Le chanteur que tu entends sur « La Puerta del Rio », Liaqat Kahn, est pakistanais. Un autre invité de cet album est un incroyable guitariste de flamenco et de jazz manouche qui s’appelle Chuscales. Avoir de telles personnes avec soi cela invite à changer ton approche. Pourquoi avez-vous cherché dès le début à distinguer les deux projets ?

OB – Oh, il n’y a rien de surprenant à cela. On connaît tous quelqu’un qui tient un restaurant, une sorte de bistrot, et puis qui, un jour, ouvre dans la pièce d’à côté un restaurant oriental qui fait du couscous, ce sont les mêmes personnes et les plats viennent de la même cuisine (rires).

JC- De notre point de vue, il n’y a pas de différence entre les deux, c’est nous. Il n’y a rien de compliqué. C’est seulement que les gens ont parfois des idées très précises sur ce que doit être Elysian Fields ou sur ce que je suis. Donner à un nouveau projet son propre nom t’autorise à prendre une plus grande liberté (sourire malicieux). Avec Convivencia, la musique La Mar enfortuna semble aussi prendre une dimension politique, non parce que vous prendriez de manière explicite position dans certaines de vos chansons pour telle ou telle cause, mais pour la qualité de la musique elle-même. Ce disque par son existence même c’est un peu la preuve qu’il n’y a pas de « choc des civilisations » pour reprendre l’expression malheureuse de Samuel Huntington…

OB – Oui, Convivencia est très clairement un manifeste politique contre les propos de Bush sur les « croisades » que nous abhorrions. Mais j’ai toujours cherché à être très clair sur le fait que l’Espagne des Almohades et des Nasrides n’était pas une société parfaite. Notre idée n’était pas de dire qu’il faut considérer cette société comme un modèle vers lequel il faudrait revenir, mais plutôt de célébrer dans cette société, tolérante si on la compare aux autres, ces héritages culturels communs que l’on avait fini par oublier, et de s’en servir peut-être comme une idée directrice pour penser cette société future plus tolérante, et encore plus propice au développement des sciences et des art, à laquelle nous aspirons profondément… Merci Jennifer et merci Oren pour nous avoir accordé un peu de votre temps pour cet entretien.

JC – Mais ce fut un plaisir.

Remerciements chaleureux à Guillaume (Vicious Circle) et Cathi (Abus Dangereux).

Posts created 45

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top