ADIEU -> U IDEA, Martin Wheeler

Adieu, Arnaud des Pallières’ first fiction film, was a UFO when it was released in 2004, in the landscape of European cinema. The strong, sometimes disturbing and heavy presence of this unusual film was due to the complicity between a musicophile director and a cinematic musician who had already collaborated on creative documentaries. Martin Wheeler (also known for his tandem with guitarist/trumpeter/composer Rhys Chatam) chose, for his first solo album, not to simply release a soundtrack that dialogues remarkably well with the various pulsations of the filmic image.

He proposes here a reconstruction just as subtle as the first step of a particularly sensitive and intelligent work; and thus from Adieu is born U idea, a new (re)creation, autonomous although totally inhabited by his previous lives. If intimate, enigmatic, sometimes obscure, sometimes nostalgic soundscapes dominate U idea, we have the pleasure of rediscovering here and there moving voices of magnificent actors (Laurent Lucas, Axel Bougousslavsky, Thierry Bosc…) and (rare) pieces of selected dialogues of a work which plays with the unspoken and the silence.

Voices literally suspended in a space-time installed by Wheeler which come to heighten the sound materials manipulated by a goldsmith of the audiosphere. Castrati from other times draw volutes and take us in the air, the crackling of embers dance flamenco, some meager guitar arpeggios are finely reprocessed to gradually turn into an electro-cosmic mass … the architect musician excels in an economy of sources that he manipulates with a love of sounds and audio arrangements communicative. A work in the dark of a singular and bewitching beauty.


Adieu, première fiction d’Arnaud des Pallières a fait figure d’OVNI lors de sa sortie en 2004, dans le paysage du cinéma européen. La forte présence/rémanence, parfois dérangeante et pesante d’un film hors-normes, tenait beaucoup à la complicité entre un réalisateur musicophile et un musicien cinématique qui avaient déjà collaboré à l’occasion de documentaires créatifs. Martin Wheeler (que l’on connaît également pour son tandem avec le guitariste/trompettiste/compositeur Rhys Chatam) a choisi, pour son premier album solo, de ne pas simplement sortir une bande-son qui dialogue remarquablement avec les diverses pulsations de l’image filmique.

Il propose ici une reconstruction tout aussi subtile que la première étape d’un travail particulièrement sensible et intelligent ; et c’est ainsi que d’Adieu est né U idea, une (re)création nouvelle, autonome bien que totalement habitée par ses vies antérieures. Si des paysages sonores intimes, énigmatiques, tantôt obscurs, tantôt nostalgiques dominent U idea, on a le bonheur de redécouvrir ici et là des voix émouvantes d’acteurs magnifiques (Laurent Lucas, Axel Bougousslavsky, Thierry Bosc…) et de (rares) morceaux choisis de dialogues d’une œuvre qui joue avec le non-dit et le silence.

Des voix littéralement suspendues dans un espace-temps installés par Wheeler qui viennent rehaussés les matières sonores manipulées par un orfèvre de l’audiosphère. Des castrats issus d’autres temps dessinent des volutes et nous entraînent dans les airs, les crépitements des braises dansent le flamenco, quelques maigres arpèges de guitare sont finement retraités pour se muer progressivement en une masse électro-cosmique… l’architecte musicien excelle dans une économie de sources qu’il manipule avec un amour des sons et des agencements audio communicatifs. Une œuvre au noir d’une singulière et envoûtante beauté.

Posts created 45

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top